La seule source d’hydrogène produite par l’homme provient de la fermentation des glucides indigestibles par des bactéries anaérobies. Il y a une corrélation entre la production intestinale d’hydrogène et sa concentration dans l’air expiré.

Le Breathtest utilise les principes décrits ci-dessus. Il s’agit d’un test de provocation dans lequel on va doser l’H2 dans l’air expiré avant et après ingestion d’un substrat.

Il s’agit d’un test simple et non invasif. Il est utilisé pour le diagnostic de maldigestion des hydrates de carbone, de la pullulation microbienne intestinale et de la mesure du temps de transit orocæcal.

Pour améliorer la sensibilité du Breathtest, il peut être utile de mesurer simultanément le méthane (CH4) et le dioxyde de carbone (CO2).

  • CH4: On estime que 15% des patients sont méthano-producteurs. Le dosage du CH4 permet d’éviter des faux négatifs.
  • CO2: le dosage du CO2 est utile pour vérifier que la fraction d’air analysé est bien de l’air alvéolaire. Le dosage du CO2 permet d’apporter une correction au cas ou le recueil ne soit pas de l’alvéolaire pur.

Tests réalisés :

  • Lactose
  • Fructose
  • Pullulation microbienne intestinale
  • Temps de transit
  • Sucrose
  • Sorbitol
  • d-Xylose